15 avril 2018

Et une, et deux, et trois premières !

LE JOUR OÙ...

Le mercredi 1er septembre 1971 est marqué par plusieurs grandes premières pour un FC Nantes qui vit la 29e saison de son histoire. D’abord, à l’occasion de la cinquième journée de championnat, il fait la connaissance d’un nouvel acteur du football national : le Paris Saint Germain, un club fondé deux ans plus tôt, dont le capitaine n’est autre que l’international Jean Djorkaeff.

Forcément, l’arrivée des Parisiens parmi l’élite suscite l’intérêt général et c’est donc devant une belle affluence que cette rencontre historique démarre. Très vite, la supériorité nantaise se traduit au tableau d’affichage et le résultat au terme des 90 minutes (6-0) donne la bonne mesure du rapport de forces entre les deux équipes.

Fait remarquable : les Nantais inscrivent trois buts en trois minutes (Maas 86e, Marcos 87e, Michel 88e) dans un final échevelé. C’est Gilles Rampillon qui, auparavant, avait ouvert la marque dès la 14e minute. Et voilà l’autre grande particularité de ce match : il s’agit de la toute première apparition à ce niveau de ce jeune de 18 ans, sacré champion de France de CFA la saison précédente avec la réserve nantaise, lancé dans le grand bain par José Arribas contre le PSG pour remplacer Paul Courtin.

Un Gilles Rampillon qui demeurera, pour l’éternité, le meilleur buteur nantais au stade Marcel Saupin, avec 64 buts marqués. Enfin, troisième première dans un match qui les aura collectionnés : l’entraîneur du FC Nantes doit faire face à... son fils Claude lequel, prêté pour une saison au Paris Saint-Germain, évolue au sein de l’équipe visiteuse. Une situation toutefois provisoire puisque Claude reviendra au bercail quelques mois plus tard, devenant même champion de France 1973 avec Nantes sous la conduite de son père !


UN JOUR, UNE DECLARATION

Claudio Ranieri
« Sa maison, personne n'a envie de la voir cambriolée. Alors il faut la fermer pour éviter les voleurs. Ça veut dire d'abord avoir une bonne défense. Ensuite, quand ta maison est sécurisée, tu peux la décorer et la rendre belle. Mon but, c'est de bien jouer, gagner et donner des émotions aux fans. »
Janvier 2018


LA LEGENDE DU FC NANTES
1943-2018 : 75 ANS D’HISTOIRE
Par Denis Chaumier