12 juin 2019

''Tout le monde a tiré dans le même sens''

Nassim Badri

Formé au FC Nantes depuis l’âge de 10 ans, Nassim Badri aura été un élément important de la réserve nantaise cette saison. Le portier des Jaune et Vert a accepté de revenir sur le sacre des Canaris, champions de leur groupe du National 2 !

Que vas-tu retenir de cette incroyable saison ?

Nassim BADRI : "On va déjà retenir l'issue sportive qui est plus que favorable et totalement inattendue. On a eu une première partie de saison moyenne au niveau des résultats. A l'entraînement, c'était également compliqué parce qu'on était très nombreux. Durant plusieurs semaines, on a été jusqu'à plus de trente joueurs tous les jours à s'entraîner. Ce n'était pas simple de faire des séances de qualités mais il y a eu des ajustements réalisés et je pense que ça nous a permis de faire cette deuxième partie de saison exceptionnelle. "

Selon toi, quelle a été la force principale de cette équipe ?

"Ça fait très longtemps que je côtoie le groupe de la réserve et honnêtement, sans tenir compte ce qu'il s'est passé cette saison, c'est la première fois que j'ai la sensation que tous les joueurs de l'effectif ont tiré dans le même sens. Souvent, dans une réserve il peut y avoir beaucoup de frustration, d'impatience par rapport au groupe professionnel parce que certains estiment qu'ils doivent y être. Là, peut-être que tout ça a existé mais chacun a su faire en sorte que ça ne se ressente pas. Je suis persuadé que nos bons résultats sont venus en grande partie de cette bonne attitude."

Quel est selon toi, le moment clé de cette saison ?

"J'ai été marqué par deux rencontres en particulier. La première, c'était à l’extérieur contre Granville (succès 5-2). Sur notre phase retour, c'est le premier match ou j'ai vraiment senti qu'on était capable « d'écraser » nos adversaires. On leur a fait terriblement mal devant avec nos attaquants. Je vais aussi retenir la victoire face au Paris Saint-Germain à Marcel-Saupin (3-1), qui a parfaitement lancé notre série de sept succès de rang. Selon moi, on a eu un vrai indice sur notre capacité à aller au bout."

Avec beaucoup de joueurs dans l'effectif, comment parvient-on à trouver ses repères ?

"Honnêtement, c'est très difficile. Que ce soit pour nous ou même pour le coach, qui doit proposer des séances pour concerner l'ensemble du groupe. Personnellement, je voyais bien que les séances à plus de trente joueurs étaient très longues, avec beaucoup de pauses et une certaine difficulté à vraiment se mettre dedans. Je pense que, si on était resté aussi nombreux tout au long de la saison, la fin n'aurait sûrement pas été la même."

Quel regard portes-tu sur le coach, Pierre Aristouy ?

"Il arrive à maintenir un juste milieu entre sa proximité avec nous et la distance à maintenir quand on est coach, afin de tirer le maximum de nous. C'est important qu'il n'y ait pas cette « complicité » trop amicale, qui fait qu'on pourrait se relâcher. Avec ses séances et ses discours, il a obtenu le meilleur de nos capacités. Le coach a également réussi à garder tout le monde mobilisé, y compris ceux qui sont un peu moins amenés à jouer. C'est une vraie force de sa part."

Selon toi, quelle est LA révélation de l'année ?

"Je pense à Kader (Bamba). Il y a souvent des joueurs qui arrivent de l’extérieur et qui parfois, viennent sans vraiment apporter un plus. Avec ses premiers matches amicaux, je ne pensais pas qu'il allait faire une saison aussi complète que celle qu'il vient de réaliser. En N2, il a sans cesse martyrisé les défenses adverses. C'est lui qui m'a le plus marqué."

Par M.G