17 octobre 2019

''On a l'ambition que tout ça dure''

Christian Gourcuff

A deux jours du déplacement sur la pelouse du FC Metz, pour le compte de la 10ème journée de Ligue 1 Conforama, Christian Gourcuff s'est présenté en conférence de presse pour faire le point sur ce premier rendez-vous après la trêve internationale.



LE POINT SANTÉ

Christian GOURCUFF : "Rene Krhin est absent suite à une élongation contractée avec la Slovénie cette semaine. Il a joué le deuxième match diminué. Charles Traoré va mieux mais il faut prendre le temps avant son retour. Enfin, tout se passe bien pour Marcus Coco."

LA SANCTION D'IMRAN LOUZA

"Je voudrais revenir sur la suspension prise à l'encontre d'Imran. C'est surréaliste. Incroyable. Je connais Imran depuis deux mois. C’est un garçon qui est correct. Quand on raconte les faits, c’est une question de bons sens, d’humanité. C’est aberrant d’être sanctionné pour des faits de ce type. Porter soutien à un ami qui a une double fracture... Deuxième chose, c’est qu’on peut avoir une personne qui est déconnectée de la vie. Les instances décident d’une telle sanction. Il y a un fonctionnement qui est un peu bizarre dans le fonctionnement de la justice. Imran a joué avec l’équipe de France cette semaine. Ça porte préjudice au FCN et pour moi, ce n’est pas de la justice. Il y a un sentiment d’injustice très profond et c’est pas comme ça qu’on règle les choses."

LA TRĂŠVE INTERNATIONALE

"C'est toujours utile car pour ceux qui restent, ça permet de se ressourcer un peu. On a remis les choses en ordre depuis hier et c'est pour ça que j'avais décalé l'entraînement du matin à l'après-midi, pour avoir tout le monde. On a pu travailler avec l'ensemble de l'effectif et donc gagner une journée. Comme tout le monde n'a pas beaucoup joué en sélection, on a pu faire des séances pour être dans le bain. On verra avec les suspensions également, qui nous obligent à revoir la formation."

SAMUEL MOUTOUSSAMY LATÉRAL ?

"L’intérêt de l'entraînement, c'est de préparer, d'essayer des choses. On réfléchit. Ça ne valide pas forcément le choix qui sera fait samedi. Après, pour Samuel, il n'y a pas que lui. Le problème quand une équipe tourne, c'est qu'il n'y en a que onze sur le terrain et une certaine frustration peu s'installer pour ceux qui ne jouent pas alors qu'ils sont bons dès qu'ils rentrent. C'est le cas de Samuel. Il a fait un bon match à Lyon. Après, il y a la concurrence et il faut qu'il reste concerné comme il le fait. Dans une saison, il y a des ouvertures. Et puis je préfère avoir un groupe moins étoffé pour concerner tout le monde. Par contre, c'est plus problématique quand il y a des absences."

L'AXE DE LA DÉFENSE

"Je vais tout valider samedi. Même s'il y a des orientations, des essais, plusieurs joueurs peuvent évoluer à ce poste là. En ce qui concerne Molla Wague, je le découvrais à Lille. Il ne s'était pas montré à son avantage sur cette rencontre mais par la suite, j'ai fait le choix avec Andrei (Girotto). Le problème pour Molla, c'est que les performances d'Anrei son probantes. Il ne faut pas le condamner non plus. Après, sa préparation a été différée et il n'était pas prêt pour le match de Lille. Même s'il n'a pas joué, il a pu se remettre à niveau physiquement."

LE GROUPE

"On ne condamne pas un joueur. On est un groupe de 23, avec les trois gardiens. Et un moment donné, tout le monde aura sa chance. Même si ça se passe moins bien, le bilan, on le fait à la fin de la saison. Notre réussite, c'est aussi un état d'esprit général. Il concerne tout le groupe et rejaillit sur les titulaires quand ils jouent."

MOLLA WAGUE

"C'est quelqu'un de très discret mais il est doté d'un état d'esprit irréprochable, alors que sa situation n'est pas facile. Il n'y a rien à redire sur son comportement."

L'AMBITION

"Les joueurs trouvent du plaisir. A partir de cet instant, ils ont l'ambition que ça dure, de progresser aussi. Depuis le départ, je dis que c'est un groupe sain, qui vit bien et qui a envie de jouer ensemble. On sait très bien que tout est fragile, notamment le classement. De ce côté là, il y a beaucoup d'humilité, comme il y a beaucoup de plaisir tous les jours. C'est ce qui me permet d'être optimiste, chose que je ne suis pas forcément de nature. Dans le comportement, le groupe est exemplaire. On va prendre les choses comme elles viennent et dans le foot, rien n'est impossible même s'il ne faut pas perdre la tête. Le club est très lucide sur ça."

UN NOUVEAU POSTE ?

"La direction a choisi d'avoir une politique technique, qui se décline à tous les niveaux. C'est ça, la grande nouvelle de la semaine. Le Président m'a confié la mission de la mettre en place. Entraîneur, ça me va très bien parce que c'est mon travail. Le reste, je ne sais pas trop ce que c'est (rires). Je vais rester entraîneur mais cela implique aussi en effet, une projection dans l'avenir. Si on se projette sur la formation, le problème c'est le temps. Si je définis avec les éducateurs du club une politique technique générale, ça induit aussi que je suis porteur du projet. Je suis très heureux que le club et le Président me fassent confiance sur ce projet que j'ai mis en place à Lorient, que j'ai voulu mettre en place en Algérie, même si c'est plus complexe pour un pays et pour lequel on m'avait appelé aussi à Rennes. Ça reste dans ma conception de la construction du club."

LE PROJET

"Ce n'est pas une question de personnes. Ce qui est important, c'est surtout d'avoir des idées sur le jeu, sur la sensibilité. Il faut retrouver celle connue au FCN. Il faudra ensuite mettre en place des choses très concrètes sur la formation, sur l'identité du jeu. Sur ça, je vais participer et guider sur la mise en place. Le temps, ce n'est pas un souci. Les éducateurs feront leur travail comme ils le font maintenant. Simplement, ce sera plus en adéquation avec une politique générale. Comme tout ça s’inscrit dans une "tradition" ici à Nantes, ce sera plus facile. Il ne s'agit pas d'une révolution mais bien d'une évolution afin de retrouver une certaine sensibilité. Si elle n'était pas perdue, il faut désormais l'afficher très clairement. Je trouve que ce projet arrive tôt mais c'est aussi le symbole d'une marque de confiance et ça décuple encore mon implication au sein du club."

LA MISE EN PLACE

"Il faudra prendre un peu de temps quand tout sera bien établi, parce que c'est juste tout neuf. Mais la première chose importante, c'est la sensibilité de jeu, le jeu à la Nantaise, tout le monde voit ce que c'est mais pour le définir, c'est un peu plus difficile. Il faut ensuite mettre en place des choses concrètes. L'organisation, en est une. Pour moi, c'est à la fois capital mais pas essentiel. C'est un moyen de jouer collectivement. Si vous voulez avoir une identité, il faut avoir une organisation stable. Pour le club, c'est aussi un moyen d'avoir cette identité. Après, il y a d'autres choses, comme le système défensif en zone, la volonté d'être actif et d'avoir une récupération rapide, d'avoir le souci du décalage par la fluidité du jeu de passes. Ça induit aussi dans le recrutement, des profils de joueurs où l'intelligence est la qualité première, puis la technique et la base athlétique viennent après dans la hiérarchie. Ensuite, chaque éducateur garde sa sensibilité. A nous de définir cette base commune."

A TERME...

"Ce sera très difficile pour moi de lâcher le terrain parce que je pense, que c'est ce que je fais de mieux et comme ça que je conçois mon travail. Le prolongement, c'est justement de définir des aspects tactiques qui se déclinent à tous les niveaux. Ça, je peux continuer à le faire. Je réitère : je terminerai ma carrière à Nantes. Les aspects contractuels ne sont pas un obstacle. Quand j'ai signé, c'était la même chose. Le plus important, c'est que le club ait une ligne directrice et c'est déjà une première victoire pour moi. Se projeter sur l'avenir, ça dépasse les performances des derniers matches."

DES ÉCHANGES AVEC DES ANCIENS DU CLUB

"Jean-Claude Suaudeau, non, parce que j'ai beaucoup admiré son travail mais malheureusement, je n'ai pas de relation avec lui. Bien que l'estime beaucoup. Avec Raynald (Denoueix) c'est différent, parce qu'on est de la même génération. On a eu l'occasion de plus se côtoyer. C'est le passé, mais c'est aussi une façon de rendre hommage à leur travail. Je me revendique de cette sensibilité dans le jeu et humainement aussi. On parle de personnes qui représentent quelque chose pour moi."

LA SITUATION CONTRACTUELLE

"J'étais très bien en retraite et on ne parlait pas de situation contractuelle. Les choses se font normalement. C'est aussi ça qui me donne une certaine forme de sérénité. Je pense que je peux la transmettre au club et même aux joueurs. Ça permet un détachement mais aussi une implication au quotidien qui est beaucoup plus forte."



FC Metz - FC Nantes

10ème journée de Ligue 1 Conforma
Samedi 19 octobre 2019, 20h
Stade Saint-Symphorien


Par M.G & JJ